Agence de Développement et d'Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises (ADEPME)

Appui à la Formation Professionnelle

Accueil  I  Intranet  I  Bibliothèque  I  Lettre circulaire  I  Liens  I  Plan du Site  I  Recherche  I  Contact   I  Programme PACC-PME/PMF

 

 Institutions:
Structures
et programmes d'appui
Institutions financières
Organisations patronales  
Chambres de Commerce
Chambres de Métiers
Cabinets d'études
et Consultants

 

 Stratégies + Secteurs:
Stratégies d'appui
aux entreprises
Appui aux organisations
Lois et règlements
Secteur de la Microfinance
Entreprenariat féminin
Formation professionnelle
Suivi-Evaluation
Lutte contre le SIDA

 

www.senegal-entreprises.net/pribat
entreprise de construction

 


 

Quels sont les projets de loi
les plus pertinents dans le cadre de la
formation professionnelle ? 
[top]

Au moment de son accession à l’indépendance, le Sénégal disposait d’un appareil de formation technique et professionnelle, comprenant des structures relativement importantes, mieux, les plus importantes de la sous région ouest africaine. Mais la crise économique des années 80, a particulièrement exacerbé le chômage, surtout des jeunes, mettant ainsi en exergue, le profond déséquilibre qui existe ente le discours de la société, qui prône une large insertion des jeunes dans le marché du travail et celui de l’école dont le système de formation est fondamentalement remis en cause, parce que jugé trop scolaire et très théorique par rapport aux réalités socio-économiques du pays. Ainsi, des dispositions réglementaires et des lois ont été élaborées:

1ere loi d’orientation N° 71036 du 06 juin 1971, régissant l’Éducation et la Formation L’une des innovations majeures de cette loi d’orientation est l’institution de l’Enseignement Moyen Pratique (EMP) qui se proposait d’accueillir 80% des élèves de l’enseignement primaire, pour prédéterminer leur intégration dans les circuits de production. En fait, au cours de cette dernière décennie, on a enregistré la création de nombreuses institutions de formations et de Formateurs, comme l’Ecole Nationale d’Enseignement Technique et Professionnel (ENSETP).

La Loi N° 86-44 du 11 aout 1986, avec la création de l’Office National de la Formation Professionnelle (ONFP), dont l’une des missions est d’assister le Gouvernement dans l’Orientation de sa politique de formation professionnelle initiale et continue ; par ailleurs, cette Loi a favorisé la création des:

  • Centre National de Qualification Professionnelle (CNQP) en 1983, avec un statut d’Etablissement Public à caractère administratif, ayant pour mission de répondre à une volonté basée sur la recherche d’une meilleure liaison entre la formation et l’Emploi.

  • Centre de Formation Professionnelle et Technique Sénégal/Japon (CFPT/SJ), crée en 1984, avec pour principale vocation la formation de techniciens pour les secteurs privé et public, ainsi que le perfectionnement, la spécialisation et la reconversion des personnes en activité.

  • Centres Régionaux de Formation Professionnelle (CRFP), financés par la Communauté Européenne, ce projet qui a démarré ses activités en 1986 a entres objectifs, la formation et le perfectionnement des artisans, apprentis et groupements en fonctions des besoins identifiés.

  • Centre de Formation Professionnelle Horticole (Appui Fonds d’aide et de coopération)

  • Centre de Formation de Techniciens en Maintenance Hospitalière à Diourbel, pour la maintenance des installations hospitalières, sur financement et appui technique de la coopération technique de la République Fédérale d’Allemagne.

La seconde Loi d’orientation N° 9122 du 16 février 1991, qui régit actuellement l’Education et la Formation au Sénégal et les nombreux réajustements internes techniques intervenus, est également l’une des pièces maîtresses du nouveau cadre institutionnel.

Un Ministère plein de l’Enseignement Technique et de Formation Professionnelle (ETFP) fut créé en 2005. Ce nouveau Ministère de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle s’inscrit aujourd’hui, dans une démarche de rupture qualitative qui accorde la prépondérance aux ressources humaines, pour accroître les chances de développement, dans le contexte de la mondialisation, conformément à «sa lettre de mission».

Les activités de l’ETFP s'insèrent dans le cadre du système éducatif africain, particulièrement de la filière de formation professionnelle. Tous les établissements publics de formation professionnelle sont placés sous sa responsabilité, notamment les établissements d'enseignement technique et de formation professionnelle rattachés aux universités.


 
Lettre de Politique générale pour le Secteur de l'Education
et de la Formation
(République du Sénégal, Dakar 2004)  [top]

Contenu: Priorités du Gouvernement. Option stratégiques, les sous-secteurs. Amélioration de la qualité. Management global du sysème éducatif. Indicateurs

à télecharger: lettre-politique-educ-formation.PDF 576 Ko

 


 

Orientations de la formation professionnelle  [top]
Puisque l’accroissement du taux de qualification au sein des populations
demeure un enjeu politique et stratégique, il a été organisé les Premières Assises nationales L’ETFP, du 31 mars au 02 avril 2001, sous la Présidence effective de son excellence Maître Abdoulaye WADE. Ces assises avaient réuni plus de 400 personnes et ont permis d’instaurer un dialogue avec tous les acteurs et partenaires, en de rechercher les consensus nécessaires à la définition de nouvelles orientations, sur la base ‘une vision partagée’. Les missions assignées à ce nouveau Ministère se déclinent comme suit:

Mettre en oeuvre une formation professionnelle dans les divers secteurs primaire, secondaire, tertiaire et quartenaire par:

  • Une formation initiale, dans les filières porteuses, correspondant au standard international;

  • Une formation continue des agents par le biais du perfectionnement et une formation pré-insertion pour les demandeurs d’emploi;

  • Mettre en oeuvre un dispositif d’accompagnement et d’insertion des formés;

  • Mettre en oeuvre un enseignement technique débouchant sur des compétences et des capacités opérationnelles relatives au secteur de production et de service;

  • Organiser et valoriser l’apprentissage traditionnel, en utilisant l’alphabétisation fonctionnelle en langues nationales et dans la langue du travail.

Ainsi, l’Etat s’engage à faire de la formation technique et professionnelle, un instrument essentiel pour la compétitivité et la performance de l’économie en orientant les formations vers les besoins du marché du travail et de l’économie. La réforme envisagée s’appuie sur les axes stratégiques suivants:

  • Rationalisation et optimisation des structures;

  • Dynamisation de la formation des formateurs;

  • Valorisation de l’offre de formation;

  • Organisation de l’apprentissage et de l’insertion des jeunes;

  • Restructuration du cadre de gestion et de financement;

  • Amélioration de l’accès et du maintien des filles;

  • Développement de la coopération et de l’intégration régionale

Création d'une structure de concertation  [top]
Devant la multiplicité et la diversité des acteurs/partenaires engagés dans le
processus de mise en oeuvre du programme d’ETFP, la création d’un espace virtuel de dialogue, d’échange, de concertation est d’une importance capitale. Des Directions et Services nationaux, ainsi qu’un cadre national de concertation ont été mis en place au sein de l’ETFP.

  • Direction de l’ETFP;

  • Direction de l’apprentissage;

  • Direction de la planification;

  • Direction des Examens et Concours;

  • Office National de la Formation Professionnelle, etc.

Contraintes du secteur de la formation professionnelle  [top]
Au plan de la qualité, les maux dont souffre le sous-secteur (enseignement
technique et de formation professionnelle) sont les suivants:

  • Difficultés d’insertion des formés dues à la prise en compte insuffisante dans les programmes des établissements de formation, de la politique de l’insertion; au manque de concertation entre les établissements, de stratégies efficaces permettant la préparation adéquate et l’accompagnement des diplômés dans leur tentative d’insertion ;

  • Le déficit de communication dans le domaine de l’apprentissage et de l’entreprenariat ;

  • La faiblesse du financement.

En outre, à coté des centres de formation professionnelle formelle, le sous-secteur est peuplé de structures non conventionnelles qui ont l’ambition tout autant que ces centres, de favoriser l’insertion sociale des jeunes et des adolescents. Il s’agit notamment:

  • Des centres de sauvegarde sociale ;

  • Du système de formation des ONG (ACAPES, ASAFIN) ;

  • Les cours de formation des CDEPS ;

  • Les ateliers d’artisan et autres cadres informels d’apprentissage.

Et pour l’essentiel, ces structures sont caractérisées par :

  • La modicité des moyens de tous ordres ;

  • L’insuffisance de la qualité des personnels enseignants ;

  • L’absence d’harmonisation des méthodes d’intervention ;

  • Le manque de codification de la politique et des stratégies d’apprentissage;

Principales caractéristiques de l’apprentissage traditionnel  [top]

Afin de partir d’une compréhension commune, il était utile de reposer la problématique de l’apprentissage traditionnel. A l’issue ‘un exercice de brainstorming, les participants ont formulé les idées forces suivantes :

Pour caractériser l’apprentissage traditionnel, on peut dire qu’il s’agit d’une formation sur le tas, sans programme défini à l’avance. La finalité est beaucoup plus d’avoir un métier que d’avoir des qualifications. L’évaluation ne se fait pas de manière formelle et la durée n’est pas fixée d’avance. Le maître qui est en général passé par le même chemin que l’apprenti, est aussi un tuteur social. La formation se fait en général en fonction de la production. Si une méthodologie existe, elle est graduelle et en général non écrite.

L’apprentissage traditionnel a quand même quelques points forts : il constitue une voie de formation massive et est facile d’accès. La formation y est plus pratique que théorique. Elle concilie transfert de connaissances pratiques et initiation à des valeurs traditionnelles. Partant, elle prépare à l’auto emploi.

Parmi les points faibles, on peut citer le manque de qualification professionnelle des maîtres artisans, le défaut de supports pédagogiques, une formation peu ou pas du tout organisée et structurée, l’absence de notions de sécurité sur le lieu de travail. En général, on n’y entre pas à partir d’une motivation, mais plutôt à partir d’une situation d’échec et de précarité sociale. Les espaces où se déroulent les apprentissages sont en général réduits et manquent d’équipements adéquats ; en plus ils ne sont pas sécurisés au plan foncier (risques d’être déguerpis).

Cette analyse, bien que très succincte, montre qu’il y a un grand besoin de restructurer l’apprentissage traditionnel, d’informer davantage les acteurs à différents niveaux, d’améliorer le mode de transmission des savoirs et savoirfaire et de renforcer les capacités technique et pédagogique des maîtres artisans.

 

Besoins en formation et en apprentissage  [top]
Il faut retenir que les besoins en formation et en apprentissage sont ressentis par tout le secteur de l’artisanat et presque dans tous les domaines d’activités. C’est pourquoi, la formation professionnelle, surtout de la main-d’oeuvre et du dirigeant-même est couramment mentionnée par les bureaux d’études, chargés de l’analyse des besoins des entreprises. Voici, ci-après, quelques référentiels de la formation professionnelle, entrant dans des aptitudes non-discriminatoires.

  • Alphabétisation fonctionnelle

  • Formation professionnelle et à la vie productive (Ecole-Atelier)

  • Formation élémentaire en gestion d’entreprises (marketing et techniques de vente-gestion de la qualité)

  • Formation managériale (gestion financement-partenariat)


 

Les principales institutions de la formation professionnelle  [top]

 

Ministère de l'Education

Tél. 33.889.54.54, 33.821.44.81, Fax 33.822.14.63, www.education.gouv.sn

Ministère de l’Enseignement Technique et de Formation Professionnelle (ETFP)  www.education.gouv.sn/administration/cabinetmdetfp.html

Office National de Formation Professionnelle (ONFP)
Adresse : Immeuble Préférence, Entresol, Avenue André Peytavin
BP 21013 Dakar Ponty; Tél 33 822 88 60; Fax 33 821 86 77 onfpsn@yahoo.fr

Domaine d’intervention: formation professionnelle

 

Fonds de Développement de l'Enseignement Technique
et de la Formation Professionnelle (FONDEF) 
fondef@orange.sn

BP 45855 Dakar Fann,Tél. 33.864.56.68, Fax 33.824.52.63

Appui à coût partagé de l’investissement formation de l’entreprise
Services: Appui au développement et à la régularisation du marché de la
formation professionnelle continue. Propose un dispositif de formation professionnelle continue pérenne en adéquation avec les besoins de l’économie

 

Agence National pour l'Emploi des Jeunes

Tél. 33.889.04.11, Fax 33.842.23.44, emploi-jeunes@orange.sn

 

[top]

Comment imprimer les pages? Avec le nouveau Internet Explorer 7
la page sera imprimée automatiquement sur A4. Avec Internet Explorer 6
allez dans Fichier - Mise en page - changez de mode Portrait à Paysage.

 

 Appui aux Entreprises:
Services d'appui en action
Création d'entreprise
Formation d'entrepreneurs
Guides d'entrepreneurs
Enregistrement d'entreprise
Elaborer un plan d'affaires
Outils de gestion
Gestion des marchés
Guide des appels d'offre
E-Commerce à l'Internet
Importation-Exportation
E-Commerce à l'Internet
Foires et expositions
Fournisseurs d'équipement
Recherche de financements
Taxes, impôts et douanes
Appui aux associations professionnelles
Guide des Investissments
Normalisation et qualité

Statistiques du Site

Agence de Développement et d'Encadrement des Petites et Moyennes Entreprises (ADEPME) en collaboration avec le Programme sénégalo-allemand d’Appui à la Compétitivité et à la Croissance des PME et à la Performance du Secteur de la Micro-Finance (PACC-PME/PMF)

Business Development Services(BDS)Forum http://www.bds-forum.net , Information on BDS strategies, networking and BDS case studies
as well as business information on marketing, business planning, bookkeeping and cost calculation, import-export, trade fairs and access to finance.
 

 

www.foutapedia.org    www.ageval.org